AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Chester ▬ Le Slave Irlandais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sujet: Chester ▬ Le Slave Irlandais
Dim 17 Avr - 15:05

Chester
J'apparais n'importe où. Je disparais derrière un sourire, dans un murmure.


SON PSEUDONYME D'OMBRE ▬ Chester
NOM & PRÉNOM(S) ▬ Nathaniel Lazarey
SON GROUPE ▬ Traumas
EN CHIFFRE ▬ Mort à 20 ans.
SERMENT ▬ A accepté d'être aux côtés de JMC.
FEAT. ▬ Belphegor - Reborn!

Je me souviens de tout. Dans les moindres détails. Avant d'oublier – parce que je sais que je vais oublier – je me suis dit qu'écrire mon histoire, une dernière fois, m'aiderait peut-être à réaliser l'ampleur de ma nouvelle condition.

Je suis mort. Tout aussi étrange que cela puisse paraître, mon corps doit déjà commencer à pourrir, dans le trou que j'ai moi-même creusé dans le jardin de Johnathan McCurney. Je suis bel et bien mort, et pourtant je peux encore écrire, ressentir, me souvenir...

D'ailleurs il y a une chose dont je me rappelle tout particulièrement bien. Le dernier truc que j'ai fait de mon vivant, quelques secondes avant de disparaitre. Ce détail là, pour des raisons évidentes, j'ai l'impression que je ne l'oublierais jamais. Mais j'y reviendrais plus tard. Ou pas. Il y a des choses que je devrais garder pour moi, rien que pour moi...

Ma vie d'avant n'était pas si mal que ça, quand on y réfléchit. C'est trop tard maintenant. Je ne sais pas si je regrette... J'étais tranquille à Saint-Pétersbourg, un petit travail, une famille à la puissance déclinante certes, mais nous n'étions pas à la rue. Le seul problème... Cette attirance insupportable pour les Cauchemars. Je ne pouvais pas m'en défaire. Et puis j'ai croisé la route d'un Croquemitaine. Hasard ou pas ? C'était justement un type à la recherche d'Ombres, pour l'épauler en ces temps sombres.

Quand on me propose quelque chose, je dis rarement non... Et si la situation tourne à mon désavantage, je trouve toujours le moyen pour renverser les choses en ma faveur. Mon Croquemitaine est du genre à utiliser la force. Moi j'aime bien dérouter les gens par de simples paroles. C'est fou comme une toute petite phrase peut détruire un homme... Mais je crois qu'ici il va falloir pousser le vice plus loin. User de la rhétorique et des poings.

Pourquoi pas ?

Je repense à la proposition de Johnathan. Trop tentante. Alléchante. Au début, je n'y voyais que des avantages. Jusqu'à ce qu'il me balance que nous avions des ennemis à éviter, et que peut-être un jour, il mourrait.

La cerise sur le gâteau.

Mais j'aurais du m'en douter. Rien n'est parfait en ce monde, pas même les Ténèbres. Ces détails fâcheux me perturbaient. Mais pas au point de changer d'avis. De toute façon j'étais sur le territoire de McCurney, l'Australie, et je n'avais plus d'argent pour me payer un billet d'avion pour la Russie. Et puis Johnathan ne m'aurait sans doute pas laissé filer. Et la fin aurait été moins douce... J'aurais reçu un bon coup de pelle sur la boite crânienne. Un truc comme ça. Pas classe.

Ça s'est passé rapidement. Trop rapidement. Mais c'était un travail propre et net. J'ai à peine eu le temps de comprendre ce qu'était la chose que le Croquemitaine avait posée contre mon menton. Et puis la balle partit, sans bruit.

Je peux me moquer autant que je veux de la rhétorique médiocre de Johnathan, mais ça ne change rien au fait qu'il arrive bien souvent à me surprendre. Vraiment. C'est plutôt rare chez moi, le blasé de la vie qui se tient toujours en spectateur souriant ironiquement face au monde entier.

Il y avait tant de monde dans le Fleuve... Je crois que lorsque on m'a tiré pour m'en faire sortir, certaines Âmes autour de moi, m'enviaient un peu. Et je ne vais pas leur donner tort. Heureusement que le plan de Wolf se déroulait comme prévu... Si j'étais resté là bas, au milieu de tous ces morts...

Il ne vaut mieux pas y penser.

L'apparition de la Dame Noire a complétement chassé tout le reste. Sauf le petit détail de ce qu'il s'est passé juste avant ma mort, mais ça, ça restait bien tranquillement dans un coin de mon esprit. En attendant de ressortir, peut-être, un jour.

Il m'était impossible de ne pas être impressionné. Elle était belle à sa manière, douce et très cruelle à la fois. J'entendais à peine ce qu'elle me disait. Son aura me subjuguait, je crois qu'en restant près d'elle trop longtemps, j'en aurais perdu la raison. Elle me posa quelques questions, très simples. Lorsque je lui répondais, elle me fixait, transperçant mon âme de part en part. Elle avait l'air satisfaite. Je n'étais pas l'Ombre la plus cruelle qu'elle avait sauvée, mais j'étais loyal. Avant de me congédier, elle me tendit une veste de sweat-shirt, semblable à celle que portait toujours McCurney. La mienne était noire. La Dame sembla amusée de me faire ce présent. J'acceptais en la remerciant respectueusement. Puis elle m'envoya tout droit à Law City.

Il fallait que je retrouve mon Croquemitaine, mais il était absent. En chasse, sans doute. Ou en train de cuver dans son canapé trois places. J'étais un peu frustré de ne pas l'avoir en face de moi, là tout de suite. Mais d'un autre côté, j'étais content d'avoir un peu de temps libre. Je me rendis au bar de Law City. Rien n'avait l'air d'avoir changé chez moi, la mort ne m'avait pas transformé. J'étais en éternel jean noir et chaussures mal lacées. A la place de mes traditionnelles chemises noires, j'en portais une de couleur violet foncé, à la texture fluide et légèrement satinée. J'avais enfilé mon cadeau, et rabattu la capuche sur ma tête. C'était confortable.

« Chester ! »

Ce n'était pourtant pas mon nom, mais instinctivement, je m'étais retourné. A quelques tables du comptoir où je m'étais installé, une Ombre m'interpellait. Pendant quelques secondes, je crus qu'elle s'adressait à quelqu'un d'autre, mais non, c'était bien moi qu'elle fixait.

« Sympa ta dégaine, mec ! » baragouinait l'Ombre décharnée, en faisant un petit geste bizarre au dessus de son crâne, comme s'il cherchait ou souhaitait me montrer quelque chose. Je fus soudain pris d'un doute. Avais-je raté quelque chose ? Je me touchais le visage. Rien. Peut-être que ce n'était pas en relief...

Il y avait des toilettes au bar. Un peu douteuses, mais cela m'importait peu. Le miroir était terne, fendu de part en part, mais je pouvais très bien distinguer mon reflet. Aucune marque bizarre sur le visage. Je respirais un peu mieux. Puis je compris pourquoi Mère Ombre avait sourit en me tendant son présent: la capuche de ma veste avait des oreilles de chat, comme les vestes kawai qui se vendent sur internet.

J'aimais bien. Mais je voulais pousser un peu plus loin mon inspection, et quand je fis glisser la capuche sur mes épaules, je restais bien deux ou trois minutes à fixer mon reflet sans ciller.

J'avais des putains d'oreilles de chat, pas des fausses comme sur ma veste, mais des vraies, assorties à la couleur de mes cheveux ! Je me sentais brusquement très très ridicule.

Puis je pensais à Leonor. La Reine de Cœur. Au salon de thé du Chapelier Toqué.

« Chester hein... » marmonnais-je pour moi même, toujours face au miroir.

Je réfléchissais. Il y avait sûrement un lien. Je n'arrivais pas à me souvenir.

Les bibliothèques et internet, ça existe dans les Cauchemars ? Je pouvais aussi demander à Wolf de m'expliquer comment on se balade dans la réalité. Une pierre deux coups. Faire mon premier boulot d'Ombre, et puis mener ma propre enquête sur moi-même...* Ça me semblait un bon plan. Je replaçais ma capuche sur ma tête avec un sourire, sortant des toilettes d'un pas aérien.



* Je compte faire ça en RP.


Nathaniel Lazarey
« Tuez moi, tuez moi encore une fois... »


NOM & PRÉNOM(S) ▬ Lazarey Nathaniel.
EN CHIFFRE ▬ 20 ans, né un 12 octobre.
NATIONALITÉ ▬ Père irlandais, mère russe, né à Saint-Pétersbourg.
INFORMATIONS ▬ A terminé avec succès ses études au lycée depuis 2 ans. Actuellement résident permanent de l'immeuble Lazarey (à Saint Pétersbourg), qui tombe en ruine.
CAUCHEMARS ▬ Cela fait un peu plus de 3 ans qu'il est en proie aux Ombres.
FEAT. ▬ Mello, de Death Note by Alfa-mink

Citation :
Fragment d'expertise psychologique - Dossier n°59281
Le témoin agé de 5 ans, frère de la victime.

Résultats du test Myers Briggs Type Indicator

Orientation de l'énergie : Extraversion 40% / Introversion 60%
Recueil d'information : Sensation 30% / Intuition 70%
Prise de décision : Pensée 70% / Sentiment 30%
Mode d'action : Jugement 48% / Perception 52%


Aide pour comprendre le test MBTI

• Le sujet est donc de type ISTP... [Encre délavée, papier froissé, tâché, usé, texte de plus en plus illisible. Ici se termine le fragment de l'expertise psychologique de Nathaniel Lazarey.]



« Не смотреть, не смотреть... »
Affriolante petite poupée russe hurlante.
Avant de se briser, elle supplie son petit frère de ne pas regarder...





Citation :
Nathaniel, dans son ancien lycée, inscrit en interne, se trouvant hors du dortoir après le couvre feu, faisant face à une jeune surveillante. Ils entament un jeu verbal, basé sur la légende de l'école, le fameux bourreau de minuit. Nate suggère, hilare, que c'est peut être lui même le bourreau... Mais la Chargée de Discipline ne se laisse pas embobiner si facilement :
« Oui, prouves moi que c'est toi le bourreau. Et vite, rien ne m'empêche de te ramener par la peau des fesses dans ta chambre. Tu n'es pas censé être ici, le couvre feu est passé depuis longtemps. Alors, tâches de me convaincre.. Sinon, c'est dans cette salle, que tu finiras ! »

Reprenant son chapelet au creux de sa main, triturant son critérium de l’autre, Nathaniel semblait ennuyé par la tournure que prenait la conversation. Il inclina légèrement la tête pour apercevoir ce que la surveillante pointait du doigt, une porte bien dissimulée au fond de la salle. Tiens, je ne l’avais pas vue celle là.

« Ouh… » lâcha-t-il en mimant un tremblement peureux. « On dirait qu'ils ont écrit avec du sang, vous ne trouvez pas ? » continua-t-il d‘un air guilleret, en abandonnant totalement ses mimiques peureuses. « Je ne vois pas trop comment une personne de votre gabarit - sans vouloir vous offenser, les garçons ont malheureusement l’avantage de la force sur les filles - je ne vois pas trop comment vous pourriez me forcer à ramper vers mon dortoir… »

Grand sourire poli en direction de la Chargée de Discipline.

« En ce qui concerne mes aptitudes à la torture - la nature même du bourreau - regardez ces fabuleuses esquisses ! » dit-il d’un air sérieux en tendant ses gribouillages de champignons à la jeune femme. « Ces magnifiques amanita muscaria ne vous inspirent-ils pas une terreur profonde ? Imaginez les souffrances d’un bon poison végétal, les hallucinations causées par ces substances mystérieuses… »

L’avantage de Nathaniel, c’est qu’il savait se moquer de son entourage. Il avait appris à être complètement détestable sans être vulgaire. Sa mère s’énervait lorsqu’il commençait à avoir le genre de discours qu’il tenait à la surveillante en ce moment même. Des paroles sans aucun sens, juste des mots, une improvisation loufoque… Lorsque Nate commençait à bouffonner de la sorte, ce n’était pas par méchanceté, au contraire. Ses petits délires passagers transmettaient une sorte de message, comme s’il voulait prouver qu’il existait en tant que personne pensante - donc par définition, imprévisible. Le problème avec cette gardienne et son avertissement d’expulsion de la salle, c’est que ça ressemblait trop aux situations dont il avait du faire face pendant son enfance. On ne discute pas les ordres, on applique. Pas la peine de réfléchir, les autres le font pour toi.

Mais lorsque Nathaniel avait quelque chose en tête, difficile de le faire changer d’avis. Il userait de n’importe quel moyen pour ne pas être expulsé de la Salle des Tortures, tomber dans un stupide délire était un stratagème comme un autre. Et puis il fallait l’avouer : la situation était plutôt amusante.



Citation :
Nathaniel, au self du lycée.
L’heure tant attendue sonna enfin, et les élèves se bousculaient pour la première place au self. Nathaniel n’aimait pas trop ces gros mouvements de foule, il ne se précipitait pas comme le trois quart de ses camarades. La file d’attente dura un petit moment, des rires retentirent, par curiosité Nath tendit un peu le cou pour apercevoir ce qu’il se passait : en tête de file, une fille venait de glisser avec le plateau contenant son repas. L’étudiant releva un sourcil mais ne riait pas, il avait simplement une minuscule pointe de compassion pour cette pauvre maladroite. On dit que ceux qui rient dans ces situations sont pris d’une impulsion nerveuse, que le rire est un moyen de cacher un malaise ou une peur d’être dans la situation embarrassante qu’on a sous les yeux.

Avec prudence, Nathaniel posa divers mets sur son plateau. Il ne voulait pas subir le même scénario que la pauvre inconnue. Il passa devant le plat chaud, l’entrée… Et arriva au dessert. Son attention était accaparée par les belles framboises brillantes de sucre, il tendit la main pour saisir la part de gâteau… Et le contact de ses doigts n’effleura pas la rugueuse pâte à tarte, mais une main toute douce ! Sortant de sa contemplation des framboises, Nathaniel tourna brusquement la tête vers sa voisine de self sans pour autant retirer les doigts de la tarte. Où était passée la galanterie ? Mais c’était la dernière part de gâteau à la framboise ! Raaah, cruel dilemme !

« Ah toi aussi t’en veux ! » s'exclama l'étudiante.

Nate planta son regard azur dans les prunelles de la jeune fille avant de répondre d’un air badin :

« Bien sûr, je pourrais tuer pour une tarte à la framboise. Si tu me la laisses, j’aurais une dette envers toi, tu pourras me demander ce que tu veux. Si tu veux absolument la manger… C’est toi qui me devra quelque chose en retour ! »

Nathaniel esquissa un sourire un peu joueur et à la fois cruel. Rien de bien méchant, mais quelque chose qui montrait que ses paroles étaient très sérieuses. Ces temps-ci, il aimait utiliser toutes les occasions qui se présentaient à lui pour se divertir un peu. C’était un peu gonflé de sa part de réagir de cette manière pour une tarte, mais la situation était trop belle. Dans ce quotidien parfois ennuyeux, une telle chance ne devait pas être lâchée.





IL/ELLE EST EN RETARD POUR ALLER A L'ÉCOLE OU AU TRAVAIL, MAIS IL/ELLE SE RETROUVE COINCÉ DANS LES TRANSPORTS EN COMMUN. QUE FAIT-IL/ELLE ?Actuellement, Nathaniel ne sort pratiquement plus. Il ne prend plus les transports en commun. Revenons plutôt au temps du lycée lorsqu'il n'était pas encore inscrit en régime interne...

« Non mais c'est pas possible ça... »

Coincé dans le Петербу́ргский метрополите́н - le métro de St Pétersbourg - Nathaniel est en proie à trois minutes de frustration, mais il arrive à se calmer assez rapidement. Pester dans le vide est totalement inutile, il en est conscient. Le jeune homme regarde autour de lui, l'air détaché, mais ses lèvres sont toujours pincées de colère. Les autres voyageurs sont également agacés, toute cette agitation va bouleverser leurs emplois du temps, et le temps... c'est de l'argent. Des minutes précieuses de travail perdues. Adieu la compétitivité ! La porte du wagon est trop éloignée. Une foule compacte empêche Nathaniel d'avancer. Ce dernier n'est pas seulement occupé à gérer sa colère, il doit aussi prendre soin du petit paquet qu'il tient entre ses mains : une boîte en plastique remplie de framboises. Si par malheur quelqu'un laissait trainer trop violemment son coude contre la boite... Ou pire...

Les hauts parleurs crachent une annonce qui se veut rassurante : suite à un incident indépendant de notre volonté, la ligne 3 repartira dans une vingtaine de minutes, après que nos agents aient effectué un nettoyage des voies, nous sommes désolés de la gène occasionnée, et blablabla...

Encore quelqu'un qui a eu la bonne idée se de suicider pendant les heures de pointe.
Nathaniel patiente pendant quelques minutes, il devient désagréable de se trouver au cœur de cette foule râleuse, mais impossible de s'enfuir. La chance pointe enfin son nez, un technicien passe le long de la voie, pour vérifier que tout se passe bien dans les wagons. A travers la vitre entrouverte de la rame, il essaie de raisonner un homme d'affaires qui perd son mal en patience. Rien n'y fait. Face à la colère du businessman, le technicien consent à le laisser sortir du wagon. Avec force de bousculades, Nathaniel profite de l'occasion pour s'esquiver aussi. Ce genre de manœuvre est normalement interdite, car les lignes obscures du métro sont très dangereuses, mais en Russie, rien ne résiste au traditionnel pot-de-vin, et l'homme d'affaires en colère avait justement quelques billets en trop dans sa poche... Peu de personnes ont osé profiter de l'opportunité, beaucoup sont restés dans la rame où Nate était coincé. Mais le métro finira par repartir sans encombre...

Pendant ce temps là, après avoir marché une dizaine de minutes dans le conduit de sécurité des techniciens, Nath refait surface. L'immeuble Lazarey n'est pas très loin. Il rentre chez lui en grignotant ses framboises, tant pis pour les cours. Sur son bulletin d'absence, il écrira l'entière vérité : "problèmes de transports en commun".



IL/ELLE VA AU CINÉMA (SEUL(E) OU NON). QUEL GENRE DE FILM CHOISIT-IL/ELLE ? COMMENT SE PASSE LA SÉANCE ? ▬ Nathaniel n'aime pas trop regarder des films en étant accompagné. Les autres l'importunent souvent par des rires, des remarques, des gesticulations inutiles dans les fauteuils inconfortables du cinéma "космос". Dans sa jeunesse, ce cinéma était son QG. Ensuite, avec la diffusion d'internet, il pouvait profiter des petits bijoux du septième art dans sa chambre. Mais rien n'égalait un écran de cinéma. Sauf que Nate n'avait plus autant d'argent de poche qu'avant, apparemment le budget était réduit... Le jeune homme aime les films d'action, fantastiques ou d'aventure. En général il goûte à tout. Il ne ferme les yeux sur rien. Il aime l'ambiance feutrée des salles obscures, les fauteuils rouges, les tâches de soda, les auréoles suspectes sur le sol, sur les tissus des fauteuils... Nath ne prend jamais de pop-corn où de boissons. Quand il est captivé par un film, pas le temps de manger ni de boire. Il se livre tout entier aux images, à la musique, aux personnages. Il s'oublie, l'espace d'une heure quarante. Sa place, il la choisit toujours avec soin, ni trop proche de l'écran, ni trop au fond de la salle. Vers le milieu, dans une rangée ou seuls quelques téméraires ont eu le courage de venir s'asseoir à côté de lui.



QUELLES SERAIENT LES VACANCES IDÉALES POUR LUI/ELLE ? OU QUEL EST SON PLUS BEAU SOUVENIR DE VACANCES ? ▬ Actuellement, Nate n'a pas de préférences en matière de vacances. Il voit la vie comme une immense période de vacances... Il peut jouer sur les mots, les situations... Se divertir. A quoi sert la vie de toute manière, sinon à ça ? Nathaniel est un peu blasé, mais il se ne laisse pas abattre. Il n'a pas envie de mettre fin à ses jours - ça ferait désordre - et il n'a également aucune envie de se morfondre sans cesse sur son sort. Alors il joue. Si l'on revient d'une quinzaine d'années en arrière, le rêve de vacances de Nath se résumait en peu de choses. Il aimait bien rester à l'immeuble familial, il n'était pas assez vieux pour remarquer la décrépitude de l'endroit... Tout ce qui l'intéressait, c'est d'être avec sa maman et sa grande sœur. Le reste importait peu. Son meilleur souvenir de vacances, il l'a oublié. Enfoui aux tréfonds de sa mémoire. C'était un voyage en Écosse, avec papa-maman-grande sœur. Pour Nathaniel, c'était le meilleur séjour de sa vie. Pour son père, c'était un douloureux retour aux sources... L'Écosse, terre de l'internat psychiatrique Saint-Emily. Mr Lazarey, avant d'épouser une douce Russe, avait dissimulé son passé tortueux avec beaucoup de succès. Jamais personne n'a pu percevoir son trouble, lors de ce fameux voyage chez les écossais.



ALORS QU'IL/ELLE RÊVASSE DANS UN LIEU PUBLIC, UNE OMBRE « DANGEREUSE » DÉBARQUE POUR S'OCCUPER DE LUI/ELLE. QUE SE PASSE-T-IL ?Retournons au tout début. La première fois. Le baptême. L'anéantissement de l'absolution.

Tout avait commencé au lycée. Pourquoi le lycée ? Question pertinente, et à ce jour, toujours sans réponse. Les élèves avaient organisé un carnaval dans le dos des professeurs, au petit matin, c'était avec stupéfaction que les surveillants avaient ouvert le portail à un horde de monstres, fées, secrétaires sexy... Nathaniel ne s'était pas déguisé, lui. Depuis quelques mois, il sentait un étrange malaise s'insinuer en lui. Un malaise qu'il ne savait définir. Un malaise qui l'éloignait de tout ce qu'il aimait... Dans la cour, ses anciens amis paradaient, sous l'œil désapprobateur des professeurs. Lassé de ce spectacle, Nate se réfugia devant la salle de son premier cours, attendant sans impatience la sonnerie. Le dos collé contre le mur glacial, il n'eut aucun sursaut lorsqu'une fille s'assit juste à côté de lui, rapidement, sans bruit. Il lui jeta un coup d'oeil. Inconnue au bataillon. Son déguisement était magnifique, très soigné, un peu angoissant. Elle souriait à pleines dents :

« J'aime tant le carnaval..! »
« Hmmm. »
« Mais voyons, réjouis-toi, je t'ai enfin trouvé ! »
« Je ne sais pas qui tu es. »
« Oh tu verras, je suis ta future meilleure amie, tu peux me croire ! »
« Vraiment ? Si on est amis, tu veux bien me donner ton champignon ? Il est joli, j'aimerais essayer de le dessiner. J'ai du temps à tuer. »
« Fais attention, c'est dangereux l'échange de bons procédés ! Si je te donne ce champignon, tu me devras forcément quelque chose en retour..! »
« Je n'ai rien à t'offrir en échange. »
« Détrompes toi, tu as beaucoup, beaucoup de choses à me donner... »

Et le magnifique champignon à tête rouge se retrouva entre les mains de Nathaniel. Ses dernières années de lycée, il les passa en compagnie de cette étrange demoiselle, elle apparaissait souvent lorsqu'il était seul, et parfois dans la foule... Il ne la repoussait jamais. Elle n'était pas douce, mais pas cruelle non plus. Il avait eu de la chance, l'Ombre avait pourtant toutes les cartes en main pour le torturer. Mais à la fin de sa scolarité, elle disparut. Nathaniel avait beau la chercher, par n'importe quel moyen, il ne la trouvait plus. Elle qui l'avait tant soutenu, à sa manière... Le jeune homme était effrayé mais également soulagé de cette perte. Au bout de quelques semaines, il cessa ses recherches. Mais l'ironie qu'elle lui avait transmis n'avait pas disparu. Et quelques Ombres venaient parfois lui rendre visite, sans que Nathaniel ne trouve cela bizarre. Aucune ne s'était encore entichée de lui, comme l'avait fait la première, la fille aux champignons...



SE VOIT-IL/ELLE DEVENIR UN CROQUEMITAINE UN BEAU JOUR ? COMMENT SERAIT-IL/ELLE ? ▬ Nathaniel n'est pas tout à fait conscient de la gravité de sa situation. Il n'a jamais vraiment réfléchi à tout ce qui lui arrive, il se contente de recevoir les cadeaux empoisonnés des Ombres avec calme, ou même parfois, avec un certain plaisir. Mais un jour, il finira bien par comprendre, par réaliser la nature de ses tendres et cruelles fréquentations. Pour le moment, Nath n'est pas prêt à être un Croquemitaine. Tant de pouvoir et de responsabilités... Il penserait sûrement ne pas être assez sérieux et stable pour faire un Croquemitaine digne de ce nom. Pour l'instant... Si un jour il venait à s'élever dans le monde des Ténèbres, on ne pourrait le qualifier de méchant. Mais son comportement trop détaché, désinvolte, qui se moque souvent des lourdes conséquences de ses actes, pourrait être ressenti par les Ombres et les Âmes comme une forme indirecte de cruauté. Nathaniel le Croquemitaine serait imprévisible. Tantôt loyal envers la Reine, tantôt déserteur... Ses relations et son statut dépendraient des situations, et surtout, de la réceptivité de ses victimes, ses compagnons. Qui sait, peut-être que les folles lubies et l'ironie de Nathaniel plairont à quelqu'un, un de ces jours...


СЛОТ - Kill me baby one more time

Chester
avatar
Au pays des framboises et des champis
INSCRIT LE : 16/04/2011
MESSAGES : 191
FEAT. : Belphegor - Reborn!
CRÉDITS : Fan art inconnu.

HARICOTS : 451
PAYS : Russie
ÂGE : 20 ans
POST-IT :
Spoiler:
 

http://mengyan.forumactif.org/t1143-nathaniel-lazarey-le-slave-irlandais http://mengyan.forumactif.org/t1162-fantasmes-a-la-framboise
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Chester ▬ Le Slave Irlandais
Sam 23 Avr - 13:24

Bonsoir, camarade o/

Je suis ravi de t'annoncer que tu es validoshé. Ce serait intéressant de voir comment Nathaniel va évoluer dans ce monde bizarroïde, voire devenir un Croquemitaine ;) J'ai ajouté ton avatar à la liste alors il n'y a rien à faire, si ce n'est... JOUER !

Edit : Et j'ai complètement oublié de te créditer de 10 HMs supplémentaires au vu de la qualité de ta fiche ;)

Bon jeu sur RdC !

__________________________________________

Angel A. Pao
avatar
FONDATEUR
Fantôme d'un Croquemitaine
« Par Amour, j'ai tout perdu... »
INSCRIT LE : 30/11/2008
MESSAGES : 640
FEAT. : Break (Pandora Hearts)
CRÉDITS : .
color' ©️ Mane av Vinter (DA)

HARICOTS : 32
PAYS : Ecosse
ÂGE : 30 ans.
MÉTIER : Psychiatre.
POST-IT : Je suis actuellement décédé et donc indisponible pour tout le monde.
http://mengyan.forumactif.org/t919-angel-a-pao-croquemitaine http://mengyan.forumactif.org/f76-engels http://mengyan.forumactif.org/t926-carnets-rouges-du-docteur-pao
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Chester ▬ Le Slave Irlandais
Sam 23 Avr - 22:24

Merci pour la validation, et tout et tout Smile

*va travailler à ses RP*
Chester
avatar
Au pays des framboises et des champis
INSCRIT LE : 16/04/2011
MESSAGES : 191
FEAT. : Belphegor - Reborn!
CRÉDITS : Fan art inconnu.

HARICOTS : 451
PAYS : Russie
ÂGE : 20 ans
POST-IT :
Spoiler:
 

http://mengyan.forumactif.org/t1143-nathaniel-lazarey-le-slave-irlandais http://mengyan.forumactif.org/t1162-fantasmes-a-la-framboise
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Chester ▬ Le Slave Irlandais
Dim 1 Mai - 21:50

Bienvenuuuu Nathichou! Tu sais que je t'aime toi?

__________________________________________

{ The Queen of Hearts.

Spoiler:
 
Reine De Coeur
avatar
Off with her head!
INSCRIT LE : 04/03/2011
MESSAGES : 339
FEAT. : Gamine.
CRÉDITS : sur Zerochan

HARICOTS : 259
PAYS : Royaume de Coeur.
ÂGE : 21 ans si on compte ses deux années en tant qu'Ombre.
MÉTIER : Reine de Coeur.
POST-IT : The Queen Of Hearts
She makes some tarts
All long the summer day {...}
http://www.fanfic-fr.net/fanfics/Fics-Originales/H/Histoires-%C3 http://mengyan.forumactif.org/t1026-leonor-stuart-the-queen-of-heart http://A venir, amis, à venir... http://mengyan.forumactif.org/t1042-memoires-de-leonor-stuart http://mengyan.forumactif.org/t1164-off-with-her-head
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Chester ▬ Le Slave Irlandais
Dim 1 Mai - 21:54

Oh! Moi! Moi! Moi! Je veux souhaiter la bienvenue à Thaniel aussi!

* sautille partout *

...

* s'arrête deux secondes en le regardant...*

...

Hum, il manque quelque chose... * lui met des oreilles de chat. * <3 Vui fait pas peur comme ça. (re) bienvenue à la framboise. ^w^
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Chester ▬ Le Slave Irlandais
Lun 2 Mai - 15:11

Nathi ! Coeur

Tu sais que j'aime ta fiche et tout et tout donc bon, je vais te souhaiter la bienvenue, même si tu t'es inscrit avant moi ! Na ! Donc ...

BIENVENUE ! Coeur
Invité
avatar
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Chester ▬ Le Slave Irlandais

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Chester ▬ Le Slave Irlandais

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Erava Chester~» Berry Angela Chester ~ [En cours]» {TERMINÉ}Ashton Meyers Is Here!» Jeu joueur de rugby» La Fugue Irlandaise [PV Darren - Natasha]
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES ROYAUMES DES CROQUEMITAINES :: HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS :: Renouveau :: Dossiers Personnels-
Sauter vers: