AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Roméo W. Montaigu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sujet: Roméo W. Montaigu
Jeu 4 Aoû - 20:41

Romeo W. Montaigu
« L'amour pur est si douloureux. L'esprit trouve facilement le chemin du mensonge. »



PSEUDO ▬ Roméo William Montaigu.
EN CHIFFRE ▬ 37 ans dans les Ténèbres.
SERMENT ▬ Aucun.
NOM ▬ Mattis.
PRÉNOMS ▬ Ignacio Théo.
EN CHIFFRE ▬ 22 ans, le 26 février.
NATIONALITÉ ▬ Italien, à Milan.

FEAT. ▬ Lelouch, de Code Geass.

Milan, une nuit de lune rouge, un silence, un cri, une âme qui prend vie. Le père Mattis est fier de sa femme qui vient à l'instant de lui offrir l'héritier tant attendu. Ignacio fut ainsi nommé ce beau bébé destiné à prendre les rênes de la Famille.

Six années se sont écoulées depuis ce premier cri et le joli garçonnet que toutes les mères regardent en gloussant, se disant que d'ici quelques années, il serait un excellent parti pour leurs filles n'est autre qu'Ignacio. Il faut dire que la Nature l'a paré de beaux atours physiques, même si sa constitution n'en fait par pour autant un grand gaillard. D'ailleurs, les filles des dites mères, malgré leur jeune âge, ressentent déjà bien un petit quelque chose pour ce joli petit brun...

Ignacio, douze ans bien fait. Voici le joli petit brun à la tête d'une bande de brutes. Père le lui a bien fait comprendre : un cerveau n'est rien sans des bras et des jambes pour le supporter et lui permettre d'accomplir de grandes choses. Et même s'il n'a pas encore saisi l'entière portée de ces paroles, il n'en fait pas moins sa loi sur les enfants des quartiers environnants. Le premier pas est fait, Aniello Mattis le sent bien, son fils sera un parrain comme nul autre...

Seize printemps et déjà autant de filles dans son lit... Ignacio est un fort beau jeune homme en pleine possession de ses moyens. Et des moyens, quand la Nature ne les lui a offert, il compte sur l'influence de son père. Bien sur, il n'a recourt à la Famille que lorsque son propre groupe n'est arrivé à rien seul. Ce qui ne lui est arrivé qu'une seule fois temps qu'à présent. Et d'ailleurs, qui voudrait encore s'opposer à lui dans Milano. Lui qui a le monopole de la cocaïne dans tous les lycées de la ville... Lui qui bientôt prendra la tête de la Famille à la place de son père.

Que les hommes sont faibles et stupides... Père avait tant raison... Houlà, être un mafieux ne signifie pas pour autant désobéir à sa mère. Rentrons avant que l'heure de souper ne soit arrivée. En plus Mama fait des lasagnes ce soir...

Dur dehors, tendre dedans. Enfin, surtout devant sa mama... Ah, cest Italiens....

Quelques années plus tard, deux ans pour être exact, Ignacio est le nouveau parrain qui à la main-mise sur toute la grande ville de Milano. Il a tout pour lui : beauté, intellingence et profites pleinement des plaisirs que la vie peut offrir : argent, alcool et autres drogues, et bien sur, les femmes. Si Mama le voyait, elle qui a préféré rejoindre son père dans l'autre-monde. Elle, si pieuse, a sacrifié sa vie pour rejoindre l'âme de son époux dans les enfers. Car, comme tout le monde le sait, se suicider est un crime envers Dieu qui vous ferme à jamais les portes du Paradis.

Pauvre mère, morte pour des principes aussi stupide que la religion. Paradis et Enfer n'existe pas. Seule la réalité existe et nous sommes seuls à choisir si elle sera un enfer ou notre paradis. Quant à moi, le choix est fait...

Et oui, Ignacio a choisit de faire de Milano son paradis sur terre. Pourquoi chercher bien loin ce que l'on peut construire sur place. En parlant de construire, il n'a pas construit qu'un Empire et ne s'est pas créé qu'une réputation de mafieux, il s'est également construit une réputation auprès de la gente féminine. Ces mères qui gloussaient pour leurs filles se signeraient bien vite si elles avaient vent de leurs aventures avec le jeune homme... Aventures qu'il prenait un malin plaisir à multiplier. A quoi bon avoir une belle gueule et un esprit retors si ce n'est pour les utiliser. Et pourtant, il ressentait comme un vide, comme un manque qu'aucune femme ne pouvait combler. Tant et si bien que les femmes n'étaient jamais plus qu'une nuit de plaisirs sans aucun lendemain possible.
Dire que les hommes et le cartel le pressait déjà : il lui fallait une épouse légitime qui lui donnerait un héritier tout aussi légitime pour éviter que tous les bâtards qu'il a jusqu'alors engendrés ne s'entredéchirent pour prendre sa place. Il faut dire que l'on vit rarement vieux dans le métier...

Mon Dieu que les hommes sont pitoyables de ne jamais pouvoir se satisfaire de ce qu'ils ont. Et Dieu qu'il sont faibles de ne pas chercher à obtenir d'eux-mêmes ce qu'ils désirent...

Nous voilà vingt-deux ans après ce premier cri qui amena Ignacio en ce monde. Et bien entendu, il en est toujours à libertiner sans se préoccuper de l'épouse que voudrait lui imposer le cartel. Comme s'il avait besoin d'une femme, lui, oui lui qui peut toutes les avoir...
Et pourtant, ce jour, tout va basculer pour lui...

C'est une journée ensoleillée et notre Ignacio était sortit incognito pour draguer un peu. Lorsqu'il ne "travaillait" pas pour la Famille, il s'ennuyait et allait chercher des divertissements dans les cafés et les boîtes de nuits. L'après-midi approchait doucement de sa fin, le soleil se couchait doucement sur l'horizon et il n'avait toujours pas trouvé son bonheur. Notre homme n'aime pas les femmes qui succombent à ses charmes après un simple regard. Ces femme-là, il se les réserve pour les nuits où le sommeil ne voulait pas venir le quérir.
Mais là, son but était de forcer ses méninges à chauffer pour attraper une réelle belle. Et lorsqu'il poussa la porte de ce café la nuit tombée, sa belle, il la trouva...
Ignacio entra donc "innocemment" dans ce café. Le patron lui adressa un discret signe, le reconnaissant, avant de retourner à ses occupations. Le regard de notre homme balaya la salle étrangement peu remplie à cette heure quand, soudain, son regard fut happé. Seule à une table, une jeune femme à l'âge indéterminable sirotait un café. Pour la première fois de sa vie, Ignacio se sentit vidé de toute substance, aspiré par les yeux de la belle. Il s'approcha d'elle avec la démarche raide et désordonnée d'un débutant, balbutiant comme un puceau se lançant pour la première fois. Elle en rit, d'un rire cristallin sonnant comme les cors d'un millier d'anges à ses oreilles. Si Ignacio s'était vu, , lui aussi aurait rit, mais plus d'un rire moqueur.
Bref, se sentant en confiance de par ce rire, il voulu l'enlacer par la taille et ses yeux, ses si beaux yeux se posèrent, moqueurs, sur lui.

- Quoi ? Tu n'as pas mieux que cela?

Une phrase anodine et elle me fissure.

- Pardon?

Je ne pus rien dire de plus.

- Il faudra trouver autre chose pour m'avoir.
Une seconde phrase et elle me brise. Dire qu'elle part, ne me laissant que le souvenir de son sourire.
Mais mon corps et mon âme ne peuvent la laisser fuir, mon être s'est mis à résonner quand il l'a aperçue. Non, je ne peux vivre sans elle.

Ignacio se mit alors en quête de retrouver cette jeune femme. Usant de ses contacts pour suivre le moindre de ses faits et gestes. Allant jusqu'à la pister lui-même, restant dans son ombre, attendant le meilleur moment pour l'aborder. Hélas, ce moment ne vint jamais et durant ces six mois de poursuite, Ignacio sombra peu à peu dans la folie et les ténèbres.
Il faut dire qu'il y était poussé. Non pas par son esprit délirant, mais par une intervention, une force extérieure. Chaque moment où son corps arrivait à échapper à l'insomnie, provoquée par Son absence, le plongeait dans des cauchemars plus noirs les uns que les autres.
Dans ceux-ci, il se retrouvait devant un miroir et se parlait. Même s'il savait que de l'autre côté du miroir ce n'était lui, doucement il s'abandonna à cette ombre dans le miroir. Tant et si bien que, six mois à peine sa rencontre avec Juliette, il se fit assassiner par un de ses propres hommes. Et oui, Ignacio avait tellement été absorbé par la recherche de sa belle qu'il avait tout délaissé. Mais quand tu laisses tomber la Famille, celle-ci ne te pardonne pas. Une lumière, un bruit et une âme qui s'enfuit. Ignacio n'est plus de ce monde. Et pourtant, il flotte encore un instant avant que des bras ne l'attirent dans une profonde noirceur.

« Te voilà enfin dans ce monde. Mon pauvre... Tu as tant souffert de ta pitoyable vie. Mais maintenant tu vas pouvoir enfin commencer à être toi-même et à te révéler. Ici, dans les Ombres...
Viens, Mère Ombre t'attend ! »


« Attends ! Avant que je ne te suive voir qui que ce soit ou quoi que ce soit, réponds à ma question : comment se nomme-t-elle?

« Qui donc ? Cette fille qui m'a permis de t'attirer ici ? Cette fille pour laquelle tu as décidé de tout perdre ? Tu ignorais donc jusqu'à son nom ? Heureusement que j'ai pu te sauver, tu aurais fini par te gâcher. Soit, si tel est ton choix, je te révèle son prénom : Juliette! »

Juliette, oh ma Juliette. Tant que ne pourrai te posséder, je chérirai ton prénom. Mais je ne t'abandonne pas. Quitte à m'enfoncer au plus profond des ténèbres pour apercevoir ta lumière...

Et sur cette pensée évocatrice, il suivit ce qui s'avérait être un Croquemitaine jusqu'au sanctuaire de Mère Ombre.
Lorsqu'il fut présenté à elle, dans cette ambiance si particulière qui caractérise son antre, il s'agenouilla machinalement. Non pas qu'un ordre lui fut donné, mais il en avait ressenti le besoin. Au plus profond des Ombres, il La ressentait comme sa mère de son vivant. Une force qui pouvait à la fois le chérir et le punir.
Il lui fit allégeance mais lui demanda tout de même une grâce : changer de nom.
Si de son vivant Ignacio n'avait pu conquérir Juliette, il se ferait son Roméo dans les Ombres. Ainsi, comme par un hommage à un auteur lui aussi mort, devint-il Roméo William Montaigu.

Et tout comme dans la fin de sa piètre vie, de ce côté du Miroir de l'âme il s'est mit en quête de Juliette. Au début, certes, il tentait vainement de reposer dans le monde des vivants, ignorants l'existence de sa belle dans le nouveau monde qui était le sien désormais. Bien sur, ces vaines tentatives ne firent que l'affaiblir jusqu'à ce qu'une confidence sur l'oreiller ravive sa flamme. En effet, un soir, une de ses conquêtes, car Roméo n'avait pas cessé toutes les activités d'Ignacio, lui parla d'une Juliette passant allègrement d'une Réalité à l'autre pour détruire les Ombres. Il voulut en savoir plus et elle s'enfuit, le prenant pour un fou.
Mais sa flamme plus que jamais ravivée, Roméo multiplia à nouveau les conquêtes pour avoir plus d'infos. Car comme on le sait, en tout cas lui en est sur, par quelques douces caresses et paroles, bien des femmes deviennent bavardes.
Ainsi et voilà près de trente-sept ans maintenant, Roméo parcoure-t-il les Ombres dans l'espoir, une nuit, de retrouver Juliette.

Dussai-je me détruire ou me vendre pour obtenir plus de pouvoir, je te retrouverai ma Juliette. Dussai-je même fouiller dans les jupes de Mère Ombre, je te chercherai et à jamais te chérirai...
Romeo W. Montaigu
avatar
Petit Membre Adoré
INSCRIT LE : 03/08/2011
MESSAGES : 14
HARICOTS : 61
POST-IT :
Des femmes, j'en ai connues. Des femmes, j'en ai possédées. Mais la seule que mon coeur n'aie jamais désirée, je ne peux l'atteindre, je ne peux l'étreindre...

http://eterna.forumgratuit.be http://mengyan.forumactif.org/t1262-romeo-w-montaigu#18247
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Roméo W. Montaigu
Mar 9 Aoû - 21:52

Comme j'étais en vacances, je viens seulement de lire ta fiche.

Désolé pour l'attente, je te valide et t'ajoute à ton groupe tout de suite !

Bienvenue dans les Ténèbres et bon jeu ! cup

__________________________________________

Le Chapelier Toqué
avatar
ADMIN' • Chéri du Fondateur« Du thé, du thé,  buvez du thé ! »
ADMIN' • Chéri du Fondateur
« Du thé, du thé, buvez du thé ! »
INSCRIT LE : 07/12/2008
MESSAGES : 422
HARICOTS : 450
PAYS : Ecosse
MÉTIER : Buveur de thé et emmerdeur professionnel.
POST-IT : Alcool & La Belle Rouge
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Roméo W. Montaigu
Mer 10 Aoû - 7:02

Il n'y a pas de soucis, tout le monde a droit à des vacances (et les miennes devraient bientôt arriver).

Et de la patience, j'en ai à revendre, sinon je ne courrai plus après Juliette ^^.

Merci pour ce cordial accueil.
Romeo W. Montaigu
avatar
Petit Membre Adoré
INSCRIT LE : 03/08/2011
MESSAGES : 14
HARICOTS : 61
POST-IT :
Des femmes, j'en ai connues. Des femmes, j'en ai possédées. Mais la seule que mon coeur n'aie jamais désirée, je ne peux l'atteindre, je ne peux l'étreindre...

http://eterna.forumgratuit.be http://mengyan.forumactif.org/t1262-romeo-w-montaigu#18247
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Roméo W. Montaigu

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Roméo W. Montaigu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» URGENT - Roméo caniche x bichon 2 ans en fourrière (40)» Oh Roméo, pourquoi es-tu Roméo ϟ 14.05.11 10h16» Roméo et Juliette» La légende de Roméo et Juliette» Hommage è un grand tribun le Pasteur Paul G. Roméus du Limbé
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES ROYAUMES DES CROQUEMITAINES :: HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS :: Renouveau :: Dossiers Personnels-
Sauter vers: