AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Jack l’Éventreur (David Nichols)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Sujet: Jack l’Éventreur (David Nichols)
Lun 19 Mar - 19:28

Jack l’Éventreur
Les ventres, les ventres des femmes...Vous voyez ? Vous voyez la laideur ?


SON PSEUDONYME D'OMBRE ▬ Jack l’Éventreur
SON GROUPE ▬Doppelgänger
NOM & PRÉNOM(S) ▬ David Nichols
EN CHIFFRE ▬ 21 septembre 1889, il avait 26 ans
EXISTENCE  ▬ Moins d'un an.
SERMENT ▬ Il n'a pas encore prêté serment.


Octobre 1870, Londres.

« David ! David ! Viens aider ta vieille mère ! »

La voix statufia littéralement le petit garçon de 7 ans. Son personnage de bois qu'il avait lui-même sculpté cessa de lui mimer une histoire et il leva les yeux sur le cadre de lumière que dessinait le bord du lit. Caché au dessous, il ne voyait de la pièce que les bases. Pieds de chaises, de table, de lit, d'armoire. Pieds nus de Maman. Il savait ce qu'il y avait au dessus des pieds et il ne voulait pas le voir. Il fit mine de ne pas avoir entendu en souhaitant se fondre dans l'ombre, devenir ombre ou disparaître sous le plancher plein de poussière et ne plus exister.

« David ! »

Claquement de fouet, l'ordre implicite a fusé, le faisant sursauter. Rampant comme un serpent, il s'enfonça un peu plus dans l'obscurité, ses petits doigts enserrant si fort la figurine que ses jointures en étaient blanches. Les pieds se mirent en mouvement, se détournant de la bassine posée sur la table pour s'approcher de sa cachette. Il ferma les yeux en priant pour n'être plus que noir et moutons de poussière.

« Tu te caches de ta propre mère, David ? Tu refuses de m'aider ? Moi qui t'ai porté dans mon ventre, moi qui t'ai mit au monde, moi qui te nourri ? »

Il rouvrit les paupières et sentit son cœur s'accélérer subitement dans sa poitrine. Le visage de Maman se découpait dans la lumière, ses seins aparaissant sous son menton. Penchée en avant, elle se retenait d'une main sur le lit, l'autre se tendant vers l'enfant tapis dans le noir. Sa voix se fit suppliante et des larmes noyèrent ses iris :

« David... »

La culpabilité, qu'il connaissait bien, le fit rougir jusqu'à ses cheveux bruns. Il tendit la main pour attraper celle de sa mère et la laissa le tirer vigoureusement hors de sa cachette.

« Mais non, Maman, je m'étais endormi... 
_Ne mens pas à ta mère.
 »

David garda le visage baissé vers le sol, observant attentivement l'écart entre les lattes, concentrant son esprit sur ses craquements pour ne pas voir le corps de sa mère, pour ne pas entendre le frottement discret de ses deux cuisses.

« Allez, vas-y, lui ordonna-t-elle. »

Il prit l'éponge qu'elle lui tendait et la trempa dans l'eau claire de la bassine de porcelaine. Maman s'assit sur une chaise, le laissant la laver dans un soupir de contentement.

« Voilà, maman.
_Non, tu n'as pas tout lavé.
 »

Il détourna ses yeux gris tachetés de marron alors que ses protestations mouraient dans sa gorge et laissa Maman guider ses doigts et l'éponge entre ses jambes.


Septembre 1888, Whitechapel, Londres.

Utérus, intestins, reins. Les ventres, les ventres, les ventres des femmes. Tout leur pouvoir et leur laideur dans ces entrailles...Couper, couper. Utérus, intestins, reins. Il sait ce qu'il a à faire. Il en a longtemps discuté avec Neil.

Ses gestes sont rapides, précis malgré l'obscurité de la ruelle. Il est ému, il en tremblerait presque d'excitation et d'émotion mais il sait combien sont temps est compté et combien il est important de couper correctement afin de ne pas abimer les organes internes. Il veut faire du bon travail. C'est plus qu'une œuvre d'art, ce qu'il fait là. Certains ne le comprendront jamais, ça, il n'en a aucun doute. Mais c'est bien de l'Art, oui. Et la petite Annie y participe sans même en avoir conscience mais elle va lui permettre de transmettre un message. N'est-ce pas à cela que sert l'art ? A faire passer un message au monde. Et voici son message : les femmes et leurs ventres sont laids. Il n'y a rien de plus dégoutant qu'une femme. Et le monde doit s'en rendre compte et y faire face.

La première fois, il avait complètement raté son coup. Il était trop empressé, il tremblait trop. Il se souvient nettement de son excitation, de l'adrénaline et de la bouffée d'euphorie qui l'avaient saisit quand il l'avait étranglée, puis que sa lame avait entaillé les chairs. Il avait eut envie d'éclater de rire, mais il s'était retenu à temps. Non seulement on l'aurait arrêté, mais en plus, le meurtre de sa mère mérite bien un peu de solennité.

Avec précaution, il place les organes dans la petite sacoche de cuir qui lui a a servit à transporter ses instruments. Il avait eut du mal à reconnaître Maman. Quand Père l'avait chassée, 6 ans plus tôt, alors qu'il avait 19 ans, il avait mit fin à des années de calvaire culpabilisant. Il ne l'avait plus revu, jusqu'à ce jour là, alors qu'il traversait Whitechapel. Elle ne l'avait pas reconnu. Fallait dire qu'à présent il portait les cheveux assez long pour pouvoir les attacher en un petit catogan. Son père avait insisté pour qu'il porte de fines lunettes carrées. Il ne s'était pas douté qu'il en avait réellement besoin, tout ce qui importait était que cela lui donne l'air important. Pour l'aîné d'un chirurgien, c'est primordial.

Il s'essuie les mains sur un torchon qu'il jette ensuite dans la sacoche. Dans l'obscurité, le sang est noir sur le tissu blanc. Puis, il se redresse, frottant ses genoux pour en ôter la saleté qui s'y est collée avant de s'éloigner du cadavre, silencieux comme une ombre.

29 septembre 1888, une placette dans Whitechapel, Londres.

Jack. Jack l’Éventreur. Pensif, l'homme en élégant costume gris repose d'un geste absent le journal sur la table de fer. Jack l’Éventreur. Ca sonne plutôt bien. Mais la lettre reproduite dans le journal manque d'élégance. Il faudra arranger ça. Peut-être envoyer lui-même un petit mot à ce cher inspecteur ? Un démenti, peut-être ? Il faudra qu'il y songe. Mais cela impliquerait de donner des indices sur sa personne et ça, il a du mal à le concevoir. La prudence est mère de sureté. En tout cas, c'est certainement elle qui l'empêchera de terminer la corde au cou. Il porte sa tasse de café à ses lèvres et en savoure le goût amer en laissant son regard dériver sur les filles qui se préparent pour la nuit, près du lavoir. D'ici, il entend l'écho de leurs conversations futiles et peut distinguer la blancheur de leurs gorges, quand les vulgaires étoffes qui les couvrent glissent sur le côté.

Comme il l'avait deviné, on a pas comprit le message qu'il souhaitait transmettre. Mais il ne perd pas l'espoir que cela vienne avec le temps. Qui sait, peut-être qu'en l'an 2000 on reconnaitra enfin son statut d'Artiste. En attendant, l'idée de s'amuser un peu ne lui déplaît pas. Quand il en aura terminé avec Catherine Eddowes, il leur enverra une petite lettre. Avec la preuve qu'elle vient bien de lui, cette fois. Mais ce surnom lui plait. Puisqu'on l'a nommé ainsi, ce sera donc son nouveau patronyme. Il sera donc Jack. Jack l’Éventreur.

21 septembre 1889

Je suis Jack. Jack l’Éventreur, le Seul, l'Unique. L'Artiste qui rentrera à jamais dans la Légende. Heureusement, ce ne sera pas le cas de ma mort. Celle-ci reste l'apanage de David Nichols. J'ai un moment pensé mourir sous les balles de ces chers agents de la loi ou ébaucher une dernière danse au bout d'une corde. J'ai passé de longues nuits à discuter du suicide avec Neil. Il y voyait un acte de bravoure et d'audace, et l'idée de mettre fin à mes jours brillants d'une simple caresse sur un détonateur ou d'une lame sur mes poignets m'a traversé l'esprit. Cela n'aurait pas manqué de pathos et d'un certain panache. Et, comme il me l'a lui-même avoué, Neil ne m'aurait jamais oublié. A présent, que je me laisse aller dans ce flot de ténèbres avec l'étrange sensation de ne plus exister d'un point de vue corporel, ce qui est sans aucun doute le cas, je me dis que Neil, quand il apprendra ma mort, aura tôt fait de me chasser de son esprit. Il n'y a pas plus ridicule, rien de plus futile que le claquement qui m'a emporté, alors que je petit-déjeunais. En l'an 2000, brillera-t-il la même admiration sincère dans les yeux du monde qui aura comprit mon œuvre quand il apprendra que c'est une rupture d’anévrisme qui a emporté le Grand Jack l’Éventreur ?



Une femme. Une femme ! Elle le toise, dans sa superbe parure qui relève sa beauté. Parce qu'elle est belle, même lui ne peut décemment le nier sans faire rougir son honneur. Mais la colère et l'indignation font trembler ses doigts longs et fins. Qu'un bête anévrisme l'emporte est une chose, qu'une femme le sauve de la mort en est une autre ! Enfin, le sauve, ce n'est pas le bon terme. Parce que mort il est et mort il reste. Il ne vivra et ne mourra jamais plus voilà ce qu'il comprend. Cette femme, aussi belle soit-elle, l'a statufié dans une illusion d'existence. La haine brille dans ses yeux. Irrationnelle. Il ne la hait pas pour ce qu'elle vient de faire de lui mais parce qu'elle est une femme et qu'elle ose faire poser sur ses épaules une contrainte, un pouvoir. Sa voix est douce, elle lui explique son devoir avec une certaine douceur mais la menace est là. Elle transpire de ses pores, de ses yeux, embaume son souffle. Il ne saurait dire comment il parvient à la sentir, ni même comment il a identifié cette perle brumeuse d'angoisse. Mais la conviction est là, attisant sa haine. Il préfèrerait mourir, oui. Mais elle ne lui laisse aucun choix. Il voudrait se jeter sur elle et lui arracher ses entrailles à mains nues. Au lieu de cela, il ploie le genou et s'entend souffler « Oui, ma Reine », d'une voix d'admirateur pleine de dévotion. La honte et la rage lui brûlent l'échine qu'il courbe bien malgré lui. Il voudrait hurler. Même lorsqu'il parlait de Maman avec Neil, il n'a pas souffert avec une telle violence. Elle s'éloigne, de son pas majestueux et calme, aussi hautaine que son pouvoir lui permet de l'être et ce n'est qu'une fois qu'elle est sortie de cette immense salle de bal qu'il s'effondre la tête la première, comme un pantin dont on aurait coupé les fils. Il respire fort, rapidement, difficilement, le visage face au sol. Un long moment, il ne bouge pas, encore hébété par le choc de la disparition soudaine de cette souffrance, puis, enfin, il laisse s'échapper un long cri de rage et de frustration. Il frappe le plancher ciré des pieds et des poings, comme un enfant en plein caprice, puis cesse d'un coup. Il se redresse avec lenteur et d'un rapide coup d’œil autour de lui, vérifie que personne n'a assisté à la scène pathétique qu'il vient de jouer. L'immense pièce est vide. Il soupire, soulagé d'avoir au moins échappé à l'humiliation publique. Il porte deux doigts à la naissance de son nez, entre ses deux yeux qu'il ferme pour se reprendre et réfléchir. Il sait, au plus profond de lui-même, qu'il ne pourra jamais faire payer à la Souveraine ce qu'elle vient de lui infliger. Et il est dans sa nature de faire contre mauvaise fortune bon cœur. Il a nouvelle mission qui peut être intéressante par bien des aspects. De toute façon, il faut bien meubler cette nouvelle éternité, non ?



La psychologie de Jack, compléments rapides

Jack est un Artiste. Ou plutôt, il va faire en sorte de coller à l'image qu'il se fait d'un Artiste. Elégant, presque affecté, il prend soin de ne jamais jurer ou de le faire avec panache, ni de se laisser aller à la colère ou tout autre sentiment qui manquerait et de pudeur et de raffinement. Ces crises de rage sont donc extrêmement rares et il ne pleure presque jamais, en tout cas pas devant témoin. Pour autant, il n'hésite pas à se salir les mains si c'est dans un but honorable (le terme d'honorable ici étant tout relatif). Pour les mêmes raisons, il a un bon sang-froid très britannique. Il hait toutes les femmes, plus particulièrement les mères, les femmes de pouvoir et les femmes sensuelles. A part cela, il n'aime pas la violence (ça manque terriblement d'élégance), et est un fervent pratiquant de l'ironie et du cynisme. Le sadisme, pourvu qu'il soit pratiqué avec finesse, n'est pas hors de ses compétences.
Il apprécie l'intelligence et l'humour, les libres-penseurs en particulier ceux qui rejettent ou remettent en cause la morale établie.

Le physique de Jack, compléments rapides

1m74, la silhouette fine, des cheveux bruns qui lui parviennent à la base de la nuque. Un visage carré, de fines lunettes qui font barrage à un regard d'un gris tacheté de marron. Son nez est droit, ses joues légèrement creuses, ses lèvres pleines autour d'une petite bouche. Un teint plutôt pâle, de longues mains fines et agiles. Il lui arrive de porter un anneau d'argent à l'oreille droite. Il porte une chevalière du même métal à l'annulaire gauche, frappé du sceau des Francs-Maçons, qu'il avait l'habitude de subtiliser régulièrement à son père.
Jack l'Eventreur
avatar
Petit Membre Adoré
INSCRIT LE : 17/03/2012
MESSAGES : 16
CRÉDITS : Image trouvée sur deviantart de smokepaint ( http://smokepaint.deviantart.com/art/Portrait-78920326?q=boost%3Apopular%20in%3Adigitalart%20portrait&qo=1623 )

HARICOTS : 18
ÂGE : 26 ans
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Jack l’Éventreur (David Nichols)
Lun 26 Mar - 20:01

Et bien, vraiment désolé du temps que j'ai mis !

Surtout que je ne vois rien à redire à ta fiche, je vais donc te valider =)

N'oublie pas de faire recenser ton avatar ici et bienvenue parmi nous !

cup

__________________________________________

Le Chapelier Toqué
avatar
ADMIN' • Chéri du Fondateur« Du thé, du thé,  buvez du thé ! »
ADMIN' • Chéri du Fondateur
« Du thé, du thé, buvez du thé ! »
INSCRIT LE : 07/12/2008
MESSAGES : 422
HARICOTS : 450
PAYS : Ecosse
MÉTIER : Buveur de thé et emmerdeur professionnel.
POST-IT : Alcool & La Belle Rouge
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Jack l’Éventreur (David Nichols)
Lun 26 Mar - 20:03

Super !
Merci beaucoup !
Je vais recenser mon avat' de ce pas et préparer un rp dans la foulée =D
Jack l'Eventreur
avatar
Petit Membre Adoré
INSCRIT LE : 17/03/2012
MESSAGES : 16
CRÉDITS : Image trouvée sur deviantart de smokepaint ( http://smokepaint.deviantart.com/art/Portrait-78920326?q=boost%3Apopular%20in%3Adigitalart%20portrait&qo=1623 )

HARICOTS : 18
ÂGE : 26 ans
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Jack l’Éventreur (David Nichols)
Lun 26 Mar - 20:21

OH BIENVENUE JACK!

Ca fait tellement plaisir de voir un nouveau membre! Dans nos bras! Et si tu as besoin d'un partenaire de RP un jour... \o/ (même si Lucille entre dans la catégorie des femmes sensuelles et risque de finir fuyant devant son scalpel) Ta fiche était superbe! Amuses toi bien ici!

__________________________________________

Lucille Rosebury
avatar
& The Sunshine
INSCRIT LE : 05/03/2011
MESSAGES : 393
FEAT. : la fille qui a des ailes.
CRÉDITS : ... j'ai oublié?

HARICOTS : 563
PAYS : U.S.A.
ÂGE : 23 ans.
MÉTIER : Attrape-Rêve, chanteuse, serveuse, SDF.
POST-IT : C'est la luciole au fond des nuits
C'est comme rouler sans le permis
http://mengyan.forumactif.org/t1036-lucille-rosebury-all-the-world-is-waiting-for-the-sun http://mengyan.forumactif.org/t1046-venez-croquer-mon-petit-lu http://mengyan.forumactif.org/t1336-je-vous-aime-deja
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Jack l’Éventreur (David Nichols)
Mer 11 Avr - 9:44

Et trois plombes plus tard, une Leonor sauvage apparu...
UN NOUVEAU MEMBRE!

Oui, en ce moment je suis pas trop sur le forum donc je suis un peu à la ramasse. TON PERSONNAGE EST COOL! J'ai toujours adoré Jack l'éventreur (un chic type), j'avais hâte de le voir être joué... : D

Bienvenu camarade, RP bien, have fun et tout et tout!

__________________________________________

{ The Queen of Hearts.

Spoiler:
 
Reine De Coeur
avatar
Off with her head!
INSCRIT LE : 04/03/2011
MESSAGES : 339
FEAT. : Gamine.
CRÉDITS : sur Zerochan

HARICOTS : 259
PAYS : Royaume de Coeur.
ÂGE : 21 ans si on compte ses deux années en tant qu'Ombre.
MÉTIER : Reine de Coeur.
POST-IT : The Queen Of Hearts
She makes some tarts
All long the summer day {...}
http://www.fanfic-fr.net/fanfics/Fics-Originales/H/Histoires-%C3 http://mengyan.forumactif.org/t1026-leonor-stuart-the-queen-of-heart http://A venir, amis, à venir... http://mengyan.forumactif.org/t1042-memoires-de-leonor-stuart http://mengyan.forumactif.org/t1164-off-with-her-head
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Jack l’Éventreur (David Nichols)
Mer 11 Avr - 10:26

Merci, merci !

Moi aussi je l'aime bien, Jack l'Eventreur, il a une certaine classe. Quand j'ai vu qu'il était libre, j'ai sauté dessus (littéralement). =)
Jack l'Eventreur
avatar
Petit Membre Adoré
INSCRIT LE : 17/03/2012
MESSAGES : 16
CRÉDITS : Image trouvée sur deviantart de smokepaint ( http://smokepaint.deviantart.com/art/Portrait-78920326?q=boost%3Apopular%20in%3Adigitalart%20portrait&qo=1623 )

HARICOTS : 18
ÂGE : 26 ans
Revenir en haut Aller en bas
Sujet: Re: Jack l’Éventreur (David Nichols)

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas

Jack l’Éventreur (David Nichols)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Jack l'éventreur» David Lanero {OK}» Technique du Jeune Jack» rescue Jack Russel» Haitian Activist David Josue's Brazil Tour to Demand Troops Out of Haiti
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LES ROYAUMES DES CROQUEMITAINES :: HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS HIATUS :: Renouveau :: Dossiers Personnels-
Sauter vers: